Agrégateur de contenus

Initiative Ville et Eurométropole

ESPEX : Réaménagement de la place Albert 1er et de ces alentours

Territoire(s) concerné(s) : Strasbourg (Conseil des XV - Rotterdam)

Un projet de réaménagement des espaces extérieurs, porté par l’Eurométropole de Strasbourg, le bailleur OPHéA et la ville de Strasbourg, 
Des ateliers de rue, des enquêtes de déplacement, des rencontres avec les associations, les commerces et les habitants

Détail Entité

En bref

  • Budget : Ophéa : 1M€ ; Eurométropole : 2,4M€ ; Ville de Strasbourg : 600 000€
  • Durée : jusque fin 2023
  • Les partenaires :

    Ophéa, Ville et Eurométropole de Strasbourg

Contenu ESPEX

Présentation du projet de réaménagement des ESPaces EXTérieurs ou EXPEX

Le projet ESPEX porté par l’Eurométropole de Strasbourg et les communes de Bischheim, Schiltigheim, Ostwald et Strasbourg, concerne les cités de grands ensembles construits dans les années 50-70. Si la clarification de la domanialité privée –publique est la raison préalable d’intervention sur ces secteurs, c’est avant tout l’opportunité d’améliorer le cadre de vie des habitants qui prévaut. 
La Direction Urbanisme et territoires (DUT) de l'Eurométropole a initié une expérience et imaginé une nouvelle méthode pour transformer, concevoir et entretenir les espaces extérieurs des cités créées dans les années 50, en espaces durables.
L’expérience ESPEX est une des démarches de mise en œuvre de l’axe 1.4 du plan climat 
« Inventer une nouvelle manière de fabriquer la ville, d’évaluer et d’accompagner les pratiques des habitant-e-s ».
« Faire de l’urbanisme un levier du territoire durable » exige une nouvelle démarche, une nouvelle pensée ».

1.    Le périmètre

Les cités concernées : Wihrel (Ostwald), Guirbaden (Bischheim), Généraux (Schiltigheim), et sur Strasbourg, Singrist, Westhoffen, Ampère, Pranard, Rotterdam, Cité de l’Ill  

2.    La méthode du projet

Nous avons inversé les étapes de la conception des aménagements :


 
3.    Les acteurs et leurs regards sur la méthode

Les citoyens, habitants, les associations, les conseils de quartiers, les bailleurs, les élus, les services de l’Eurométropole de Strasbourg et des communes. 
 

Projet du secteur ESPEX ROTTERDAM 

Histoire de la cité Rotterdam 

C’est le premier grand ensemble construit en France après la Seconde Guerre mondiale. Le programme de la cité Rotterdam a fait l’objet d’un concours lancé par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, dans le cadre du projet "1 000 logements" destiné à reloger au plus vite les sinistrés. 
La cité, qui compte en réalité 800 logements, a été bâtie en bordure d’un grand parc situé près du quartier des Quinze : ses onze immeubles sont de tailles différentes, les plus hauts comportant treize étages, tandis que les plus petits ne comptent que deux ou quatre étages seulement.
Une logique architecturale définie par Eugène Beaudouin
Élément novateur pour l’époque, la répartition des habitants répondait à l’origine à des critères très précis : les logements des célibataires se situaient dans les bâtiments les plus élevés, tandis que les familles nombreuses bénéficiaient d’une plus grande superficie aux étages inférieurs ; certains, au rez-de-chaussée, disposaient même d’un jardin privatif. Pour l’architecte de la cité, Eugène Beaudouin, chaque logement devait être "distribué autour d’espaces libres, regardant le jardin et faisant face au soleil". De même, tous les appartements possèdent un balcon.
Un parc privé à l'anglaise, une aire de jeux privée et deux écoles et une maison de service publiques
Le parc à l’anglaise, conçu comme partie intégrante du projet, accueille des aires de jeux pour petits et grands ainsi que deux écoles, construite très rapidement (de janvier 1952 à mars 1953) grâce à la mise en œuvre des techniques modernes de construction. Récemment, une maison de service adossée à l’école élémentaire complète les équipements publics. 
Après 70 ans de vie, la cité a récemment fait l’objet d’une réhabilitation des bâtiments par le bailleur Ophéa. 

Depuis 2020, le projet de réaménagement des espaces extérieurs, porté par l’Eurométropole de Strasbourg et la ville de Strasbourg, a fait l’objet d’une large concertation. 

Périmètre du projet du réaménagement EXPEX ROTTERDAM

  • 31 653m² espaces verts
  • 24 169m² espaces gris (parkings et voirie privés - publics)
  • 712 logements + 65 neufs (8)
  • Nouvelles constructions : Maison résidence personnes âgées et logements « Epide » + 145 logements neufs - Ophéa – Picquart + 30 logements neufs (8)
  • Des équipements publics et collectifs au cœur de la cité
  • Un gymnase à réhabiliter
  • Un city stade à transformer et replacer
  • Deux écoles avec cours très minérales (îlots de chaleurs) en contrebas des parkings VL

La cité Rotterdam 

La concertation entre 2019 et 2020 : 

Quatre ateliers, deux enquêtes de déplacement, une dizaine de rencontres avec les associations ADIQ, Conseil Citoyens, les commerces et les habitants ont identifié les dysfonctionnements sur ce secteur.  
Un groupe de réflexion avec les jeunes et Francas - politique de la ville ont planché sur le devenir du city stade. 
Un groupe d’étudiants sport de l’université de Strasbourg ont réfléchi aux équipements du parc. 
Plus de 420h d’animation de projet porté par la direction de l’urbanisme et territoire. 

Résultats du diagnostic des usages issus des ateliers de rue dans le cadre du réaménagement 

  • La cité est enclavée sur elle-même, les accès ne sont pas lisibles, ni visibles. 
  • La non-continuité de la piste cyclable au réseau existant et les cheminements piétons vers les écoles n’offrent pas le niveau de sécurité attendu. (1)
  • Les multiples accès place Albert 1er vers la rue de Bruxelles, la promenade du Luxembourg, le parc, la rue de Douai et du porche rue de Douai favorisent le commerce illicite et les dégradations. (2)
  • Les rencontres et la vie du quartier ne bénéficient pas d’un lieu de rencontre et de vie. Cela est renforcé par des locaux associatifs éparpillés et peu visible.  
  • Le gymnase et le city stade tournent le dos au quartier et ont besoin d’une réhabilitation. Les jeunes ont soumis une demande au budget participatif pour améliorer le city  (3)
  • Le parc est coupé en deux par une rue diminuant sa qualité et ses usages. (4)
  • Les cours d’école sont en contre bas de la rue de Rotterdam. Cette situation favorise l’accumulation des gaz d’échappement des voitures en stationnement (30 places). La ventilation naturelle est limitée par la forme des bâtiments et son implantation basse. (5)
  • La place de retournement rue de Douai est régulièrement encombrée par le stationnement sauvage empêchant la collecte des déchets et les livraisons aux équipements publics.(6)
  • L’absence de trottoir entre la rue Yser et Albert 1er complique le chemin des enfants vers les écoles. (7)
  • Les habitants souhaitent la sortie des poubelles des immeubles Ophéa


 

L’étude de circulation

Résultats de l’enquête des micro déplacements 


 

Proposition d’orientations des aménagements pour améliorer le cadre de vie des habitants et corriger les dysfonctionnements majeurs identifiés lors du diagnostic d’usages

  • ouverture de la cité vers le quartier par la création de voie piétonnes et cyclables est ouest et nord sud et rue Yser,
  • création d’ilots résidentiels avec parkings et collecte des déchets enterrés,
  • création d’une place centrale publique pour réunir les deux parcs et les équipements publics reliant tous les accès en mode doux, offrant un lieu d’animations et de rencontre au quartier,
  • calibrage des stationnements publics au besoin réel des usagers et de la santé des écoliers,
  • reconfiguration des équipements sportifs vers le quartier.

Les propositions d’aménagements correspondant aux trois scénarios : 

  • Continuité du trottoir rue Yser
  • Accès aux écoles et aux parc par la place Albert 1er
  • Accès direct au gymnase et rue du général Piquard par le parc


 

Scénario 1

  • Maintien de la rue Rotterdam aux voitures
  • Suppression parkings devant les écoles pour éviter la pollution des cours d’école
  • Suppression du porche sud à la circulation voitures  


 
Scénario 2

  • Piétonisation de la rue Rotterdam
  • Maintien parking en amont
  • Accès promenade Luxembourg par la rue Bruxelles


 
Scénario 3

  • Piétonisation de la rue Rotterdam 
  • Accès promenade Luxembourg par la rue Bruxelles


 
Résultat de l’atelier et des rencontres associatives Juin 2020, le scénario 3 remporte les avis positifs à 98%.

Calendrier prévisionnel des prochaines concertations :

Neuf concertations ciblées sont prévues sur ce projet, ouvertes à tous ou uniquement aux locataires d’Ophéa lorsque l’aménagement concerne les parties uniquement destinées aux locataires. 

  1. Albert 1er
  2. OPHEA parking
  3. Parc de Rotterdam
  4. Rue Rotterdam
  5. Trottoir Yser
  6. Place YSER
  7. Espace OPHEA Péronne
  8. Espace Ophéa Promenade du Luxembourg 
  9. rue de Douai


 

Concertation ALBERT 1er 

Depuis la rue de l’Yser, la place Albert 1er constitue l’entrée principale de la Cité Rotterdam via un porche donnant sur un grand parc enherbé et les écoles du Conseil des XV. 
Pour autant, ce lieu semble peu confortable et peu convivial par les habitants et les familles fréquentant l’école… La collectivité souhaite donc le réaménager en concertation avec les riverain-e-s et les usager-ère-s.  

La restitution de la concertation : https://participer.strasbourg.eu/detail-participation/-/entity/id/24903806
 

Concertation Parc Rotterdam et Rue Rotterdam

Thématique : co-conception du parc avec les citoyens 
Quels sont les usages que vous imaginez dans le parc ? Où les souhaitez-vous ?

Je participe à la co-conception... 

  • 3ème trimestre : Résultat de la concertation du 15 avril   

L’ensemble des observations que vous formulerez sur ce site sera versé au bilan de la concertation.

Agrégateur de contenus

Commentaires