Agrégateur de contenus

Détail Entité

Prendre des mesures de protection contre le bruit dans la commune de SCHILTIGHEIM.

Non recevable
Strasbourg (Robertsau - Wacken) Environnement Réaménagement des rues Wenger-Valentin et Raiffeisen au Wacken
Arrière plan page standard

Projet déposé le par :

Jean-Paul Alfred K.

Réduire la vitesse en zone 30km/h. S’agissant des routes principales Boulevard Mendes-France. Et pour les adjacentes rue Contades, ETC…

Pourquoi ce projet est-il "Non recevable" ?

Ce projet ne répond pas à tous les critères de recevabilité du budget participatif  (il n'est pas localisé sur le territoire de la ville de Strasbourg). 

Ce n’est pas une simple contrariété. Les bruits gênants mettent le corps humain en état d’alerte. Il produit des hormones de stress, le cœur bat plus vite et la tension artérielle augmente. Quiconque est exposé de manière prolongée à des nuisances sonores court un risque accru de maladies cardiovasculaires telles que l’hypertension ou l’infarctus.
Tant l’individu que la société tout entière en pâtissent.
Les seuls coûts économiques liés au bruit du trafic (route et rail) en France sont estimés à plusieurs milliard d’Euros par an, dont quelques milliard pour la route. Ces chiffres comprennent aussi la dépréciation
des biens immobiliers dans les zones exposées. Ils ne tiennent en revanche pas compte des coûts sanitaires (plusieurs millions par an).

Par ailleurs, la situation continue de se détériorer en raison de la croissance démographique, de la hausse de la mobilité (réaménagement Rue Jean Wenger – Valentin) et de la densification des zones urbaines (Nouveau Quartier des affaires du Wacken) . Le niveau sonore s’accroît aussi avec le poids des voitures et la largeur des pneus. Il apparaît de plus en plus que la lutte contre le bruit routier est une tâche permanente qui doit intervenir à la source – là où les nuisances sont générées.  L’Eurometropole, et les communes ont intérêt à aller de l’avant. Car les villes sont les premières à profiter d’une réduction  des nuisances sonores. Il en résulterait un regain de flexibilité notamment dans l’aménagement du territoire, ce qui simplifierait la densification intérieure des agglomérations. Enfin, la santé et la qualité de
la vie s’amélioreraient dans les zones libérées des émissions excessives – et, partant, leur attractivité.

 

 

 

Documents à télécharger

Aucun document associé pour le moment

Commentaires

Popups Participer

Popups Participer